Don Carlos (JAM)
Figure du reggae roots, membre originel du groupe mythique Black Uhuru, icône invétérée du mouvement rastafari, le Jamaïcain Don Carlos est une figure du «waterhouse», style qui se caractérise par de longues complaintes.

Natty Jean (FR)
Présenté comme le renouveau du reggae africain, Natty Jean nous vient tout droit du Sénégal où il a fait ses premières armes sur les scènes hip-hop dakaroises et les productions locales. Mais vite lassé d'un univers hip-hop qui ne lui correspondait plus, Natty Jean trouve un nouveau souffle dans le reggae.

Alpheus (JAM) & Najavibes (Ge)
Alpheus est le dernier artiste à avoir été signé par Coxsone Dodd. Talentueux et simple, il prône avec sa musique un retour aux vibes authentiques du ska et du rocksteady des années 60 et 70.

Jah Mason (JAM)
Membre de l’ordre rasta des Bobo Ashanti, comme Sizzla ou Capleton, Jah Mason a marqué au fer rouge la vague one drop du début des années 2000.

The Sunvizors (FR)
Être soi même, ne faire aucune concession, rester authentique tout en jouant des codes du roots reggae en y saupoudrant le « juste nécessaire » de soul et d’électro, voilà le terrain de prédilection pour THE SUNVIZORS. Du velours pour les oreilles.

Jamesty (FR)
Jamesty est un groupe musical qui aime à mélanger les rythmes de jazz, de funk et de soul aux racines du reggae.

Treesha & the Evolution Band (GER)
Treesha est une chanteuse originaire du Kenya et installée en Allemagne : choriste de Gentleman, c'est avec les musiciens de celui-ci, l'Evolution band, qu'elle se produira sur la scène du Plein-les-Watts Festival pour présenter son reggae teinté de soul

Morgan Heritage (JAM)
Morgan Heritage est un des groupes nu-roots majeurs des années 90-2000. Un son conscient et moderne servi par une famille talentueuse à tous points de vue.

Nai-Jah (FR)
Issu d'une double culture Franco-Nigériane, le chanteur Mahakwe Wadike prend conscience des luttes et persécutions qui résultent du colonialisme au cours de sa jeunesse passée à Lagos.

Turbulence (JAM)
Né en 1981, à Kingston, Turbulence est sans conteste l’un des sing-jays les plus talentueux de Jamaïque.

Mystically (FR)
Créé en 2006 à Besançon (25), le duo Mystically se consacre à produire des compositions métissées en puisant dans ses racines afro-caribéennes.

Mystical Faya (FR)
En s'inspirant des codes du reggae jamaïcain et anglais des années 70-80, Mystical Faya propose un reggae teinté de soul et parsemé de touches rock.

Morgan Heritage (JAM)

Morgan Heritage est un des groupes nu-roots majeurs des années 90-2000. Un son conscient et moderne servi par une famille talentueuse à tous points de vue.

Les débuts de Morgan Heritage (Denroy, David, Jeff, Lukes, Memmalatel, Ray, Peter, et Una) furent assez difficiles. Bien qu’étant les enfants de Denroy Morgan (voir par ailleurs sa bio), tout n’est pas forcément plus facile quand votre père est connu et respecté dans la musique. D’autant plus quand une partie de la famille est née aux Etats-Unis et souhaite percer dans le reggae jamaïcain. En 1994, sortait pourtant leur premier album « Miracle ». La critique fut assez dure parlant de cet album comme un album de reggae bon marché, aseptisé, sans âme.

Il ne faut pourtant jamais juger un artiste sur un premier jet. La vérité d’un jour n’est pas celle de demain. C’est ainsi que 3 ans plus tard « Protect Us Jah » sortait chez VP Records, en collaboration avec Bobbie Dixon. Cet album réunissait du Roots Conscious comme on en avait peu écouté depuis longtemps (allez faire un tour écouter "Exalt Jah" ou "What Man Can Cry,"), du lover avec des titres comme "Let's Make Up" et "Me or You", bref du pur reggae.

Non contente d’avoir sorti un des meilleurs albums de l’année, la famille remit ça avec, en 1998, « One Calling ». Et la participation de King Jammy’s n’y est sans doute pas pour rien (tout est plus facile lorsqu’on sait s’entourer…). Tout au long des 14 titres de l’album, les morceaux roots s’enchaînent avec des lyrics posés, puissants, poignants.

1999 est l’année de la compil « Morgan Heritage and Friends » qui apparaît plus comme l’album d’une nouvelle génération d’artistes avec Military Man ou Jah Mali, bien que seulement trois titres (dont un en combinaison avec Toots Hibert !!!) soit de la Morgan Heritage Family.

Et arriva un jour « Don’t Haffi Dread » avec toujours un savant mélange de roots et lover’s. Cet album marqua le retour aux commandes de Bobbie Dixon, toujours sur VP Records. Un autre élément important de cette production est à noter : le titre. En clair : « il ne suffit pas d’avoir des locks pour être Rasta ». Cette position fit scandale, mais plaça les Morgan Heritage comme les leaders d’un reggae music plus ouvert, plus sûr de sa force, prêt à conquérir le monde. Et c’est ce qu’il advint, une grande tournée vint couronner la réussite de cet album.

L’album « More Teachings », en 2001, finit de convaincre le public et place Morgan Heritage comme une référence du reggae moderne. La famille se met à produire d’autres artistes et permet ainsi à LMS d’émerger. LMS ne sont rien de moins que les plus jeunes frères et sœurs de la famille Morgan : Laza, Miriam et Shy-Poo.

Viennent ensuite les albums « Know Your Past » en 2002, « Three In One » en 2003 et « Full Circle » en 2005. La formation tend à diversifier sa musique et s’oriente de plus en plus vers un reggae crossover teinté de hip-hop et de RnB, voire de rock. Après avoir sorti deux albums live, les Morgan Heritage reprennent les chemins des studios en 2008 pour ce qui sera leur dernier album en tant que groupe : « Mission In Progress ». Sur cet album, la famille réaffirme ses influences multiples et nous offre des tubes tels que « Brooklyn and Jamaica », « Nothing To Smile About » ou « Headline ».