Turbulence (JAM)
Né en 1981, à Kingston, Turbulence est sans conteste l’un des sing-jays les plus talentueux de Jamaïque.

Jah Mason (JAM)
Membre de l’ordre rasta des Bobo Ashanti, comme Sizzla ou Capleton, Jah Mason a marqué au fer rouge la vague one drop du début des années 2000.

Natty Jean (FR)
Présenté comme le renouveau du reggae africain, Natty Jean nous vient tout droit du Sénégal où il a fait ses premières armes sur les scènes hip-hop dakaroises et les productions locales. Mais vite lassé d'un univers hip-hop qui ne lui correspondait plus, Natty Jean trouve un nouveau souffle dans le reggae.

Mystically (FR)
Créé en 2006 à Besançon (25), le duo Mystically se consacre à produire des compositions métissées en puisant dans ses racines afro-caribéennes.

Don Carlos (JAM)
Figure du reggae roots, membre originel du groupe mythique Black Uhuru, icône invétérée du mouvement rastafari, le Jamaïcain Don Carlos est une figure du «waterhouse», style qui se caractérise par de longues complaintes.

Morgan Heritage (JAM)
Morgan Heritage est un des groupes nu-roots majeurs des années 90-2000. Un son conscient et moderne servi par une famille talentueuse à tous points de vue.

Nai-Jah (FR)
Issu d'une double culture Franco-Nigériane, le chanteur Mahakwe Wadike prend conscience des luttes et persécutions qui résultent du colonialisme au cours de sa jeunesse passée à Lagos.

Jamesty (FR)
Jamesty est un groupe musical qui aime à mélanger les rythmes de jazz, de funk et de soul aux racines du reggae.

The Sunvizors (FR)
Être soi même, ne faire aucune concession, rester authentique tout en jouant des codes du roots reggae en y saupoudrant le « juste nécessaire » de soul et d’électro, voilà le terrain de prédilection pour THE SUNVIZORS. Du velours pour les oreilles.

Treesha & the Evolution Band (GER)
Treesha est une chanteuse originaire du Kenya et installée en Allemagne : choriste de Gentleman, c'est avec les musiciens de celui-ci, l'Evolution band, qu'elle se produira sur la scène du Plein-les-Watts Festival pour présenter son reggae teinté de soul

Alpheus (JAM) & Najavibes (Ge)
Alpheus est le dernier artiste à avoir été signé par Coxsone Dodd. Talentueux et simple, il prône avec sa musique un retour aux vibes authentiques du ska et du rocksteady des années 60 et 70.

Mystical Faya (FR)
En s'inspirant des codes du reggae jamaïcain et anglais des années 70-80, Mystical Faya propose un reggae teinté de soul et parsemé de touches rock.

Jah Mason (JAM)

Membre de l’ordre rasta des Bobo Ashanti, comme Sizzla ou Capleton, Jah Mason a marqué au fer rouge la vague one drop du début des années 2000.

Avec plus d’une dizaine d’albums à son actif, l’artiste a pourtant connu une carrière en dents de scie, ne voyant finalement dans la musique qu’un moyen d’expression parmi d'autres.

Né dans la paroisse de Manchester en Jamaïque, Andre Johnson développe très vite des facilités indéniables pour le chant. S’il compte dans sa famille quelques artistes dont Tony Rebel, c’est pourtant avec Junior Reid qu’il fait ses débuts. Son premier single « Sellassie Call We » sort en 1991 sous le surnom de Perry Mason, dont l’artiste a hérité pour sa faculté à résoudre les conflits.

Après avoir trouvé sa voie spirituelle, il devient Jah Mason. Il rencontre rapidement Capleton et rejoint son crew David House, qui compte aussi parmi ses rangs un certain Jah Cure. Ensemble, Jah Mason et Jah Cure poseront l’inoubliable « Run Come Love Me » pour le label Harmony House de Beres Hammond en 1998. Son premier album « Keep Your Joy » fera une sortie mondiale en 2002. Il enregistre la même année pour les allemands de Pow Pow Movement sur le Celebrate Riddim. Cette série dancehall rencontre un énorme succès, et le titre « Hill Vibes » de Jah Mason se fait particulièrement remarqué.

La machine est lancée, et elle sera très productive. Le jamaïcain tiendra le rythme d’un voire deux albums par an pendant plusieurs années. La consécration arrive en 2005, avec « My Princess Gone ». Jah Mason y chante avec les tripes son amour perdu et le monde est conquis. La chanson devient un énorme hit partout dans le monde et lui offre son premier classement dans les charts jamaïcains. Le titre sortira sur l’album « Princess Gone… The Saga Bed » en 2006. Deux de ses opus les plus intéressants suivront : Wheat and Tears en 2006 puis Life is Just a Journey, produit par le français Frenchie de Maximum Sound, en 2007. Des titres comme « Mama Earth » ou l’hymne à la marijuana « Mi Chalwa » retentissent particulièrement et Jah Mason devient l’un des artistes jamaïcains les plus en vogue en Europe.

Le deejay se produit plusieurs fois dans la majorité des pays du continent et sur tous les festivals. Il collabore également avec de nombreux producteurs et artistes européens. Côté français, on aura pu l’entendre partager le micro avec Danakil ou Dub Inc.